lautenbachois.fr

VELOPARC au Markstein : l'effarant constat en images

- aucun commentaire


Dans la lente métamorphose du Markstein en parc d'attraction pour tourisme de masse, un nouveau cap vient d'être franchi.
Ce qui reste de sous-bois, de hêtraies, de taillis, de zones humides, bref, de naturel dans cette station, est en cours de dégradation accélérée, du fait de plusieurs circuits de descente VTT, tout récemment créés dans le cadre d'une prétendue convention dont les habitants (et élus) du secteur, mis devant le fait accompli, n'ont semble-t-il jamais pu prendre connaissance. En pleine zone Natura 2000.

Sur le terrain, après seulement quelques WE de pratique, les conséquences environnementales de ce projet lucratif sont accablantes et sèment la consternation parmi les amoureux du massif.
Ci-après, un reportage (non exhaustif !) d'une cinquantaine de photos, accessibles à tous sur Lautenbachois.fr, pour informer ceux qui ignoraient l'existence d'un tel projet et ses répercussions.

Qui dit circuits, dit balisage ; avec beaucoup de peinture dans la nature ! :


Tout le plaisir (l'adrénaline, qu'ils disent) des pratiquants résidant dans la descente, il a fallu terrasser, faire des tremplins de terre (parfois une dizaine d'affilée) ; l'ouverture de ces nouvelles pistes représente par endroits plus de 3 mètres d'emprise au sol...



Il a fallu couper des arbustes, des taillis :




 






Il a fallu fabriquer (bricoler ?) des tremplins :






Et comme on en veut pour son argent, un maximum de dérapages et de slaloms sont indispensables ; et c'est la couche arable qui trinque, sur des centaines de mètres, dans un sous-bois auparavant vierge!
















Et comme c'est bien plus marrant de prendre des variantes, on doute que les circuits seront longtemps respectés, alors que tout le sous-bois est à disposition ! :


Et en sortant des bois, c'est la prairie/piste de ski qui a droit à son labour :


Chaume où accessoirement on trouve de nombreuses espèces du genre "protégé" ! :


Ce qui ne dérange aucunement ceux qui veulent faire un peu de descente "hors-piste" , tellement plus fun, plus free, plus ride, yeaaaaaah :
 

Et tant qu'à faire, il est prévu une bonne descente pile dans une zone humide (protégée car rare en montagne) : ça salit la machine, ça fait aventurier ! :



Mais toujours dans le respect du code de la route ! C'est si bon d'être en pleine nature et d'être agressé par des panneaux comme en plein centre-ville !:



Bon, pour ne pas trop dépayser le citadin, on lui a laissé une multitude de déchets plastique sur tous les circuits (on aurait pu faire des dizaines de photos) ; il doit aimer ça, le consommateur de nature, puisque ça ne le dérange aucunement (ni lui, ni l'organisateur) de passer en boucle sur ces déchets sans se dire qu'il pourrait les ramasser :



C'est cool, avec le ravinement académyquement accéléré, ce plastique ira plus vite encore dans notre eau potable, dont le lac, juste en contrebas de toute cette agitation, constitue la principale réserve ; et les microparticules de plaquettes de freins, de téflon, de pneus, de lubrifiants et autres liquides hydrauliques ne se voient pas !



Et quel plaisir de monopoliser (illégalement ?) une partie du massif en l'interdisant aux piétons ! On a payé, faut pas déranger quand on saccage ce qui est à tout le monde !


Faut dire que les descentes sont amplement méritées, vu l'effort de la montée :





Après tous ces efforts, on fait redescendre le vélo avec la fourgonnette qui l'a monté ...ça contribue à soutenir le trafic routier et la qualité de l'air dans nos vallées, elles en ont bien besoin !




Attention, ce reportage ne reflète que partiellement la gravité de la situation :

- parce que ce ne sont que des photos, qui ne traduisent pas correctement l'ETENDUE du secteur concerné
- parce que nous n'avons pas sillonné l'intégralité des pistes déjà tracées,
- parce que de NOUVELLES PISTES sont encore en projet
- et surtout parce qu'on n'est qu'au début des dégradations : au rythme de l'érosion constatée, le paysage va se modifier à une vitesse tout à fait stupéfiante.

Chaque habitant un tant soit peu responsable et soucieux de son environnement, est invité à s'indigner, lui aussi, de la façon qu'il pourra, auprès des élus, des organisateurs, de son entourage, etc...
Plus que jamais, la protection jalouse de notre environnement ne souffre aucun consensus .















Écrire un commentaire

Capcha
Entrez le code de l'image :